conception architecturale

L’architecture et ses concepts

Gab'Art vue de la Tour Saint Nicolas
Gab’Art vue de la Tour Saint Nicolas

Enfin nous y voilà !

gab'Art et Tour Saint Nicolas vue du bassin des chalutiers
gab’Art et Tour Saint Nicolas vue du bassin des chalutiers

Depuis la réunion publique où j’ai découvert ce qui nous attendait, je me suis mis au travail sans compter pour établir oui une critique parfois rugueuse, mais constructive, ne l’est-elle pas? À la lecture de mes recherches? …
Poursuivons.

  • Après avoir analysé le site de la friche par de bonne ballade quotidienne.
  • Après avoir étudié le cahier des charges de la mairie
  • Après avoir relu mes cours d’histoire et d’histoire de l’Art
  • Après m’être souvenu des bons moments vécus à la friche
  • Après avoir étudié les possibles (et les pas possible du tout)
  • Après m’être servi de mes expériences d’artiste,
    dans bien des domaines et des lieux différents J’ai pris mon crayon et ma feuille blanche.
    J’ai listé ce qui n’allait pas sans enlever ce qui avait été choisi,
    et je me suis efforcé de pouvoir apporter des réponses pertinentes
    Car je le répète :
    « La critique est aisée, mais l’art est difficile,
    il est très facile de critiquer ce que font les autres, autrement plus difficile de réaliser quelque chose. »
    (Philippe Néricault)

Entrons maintenant dans le vif du sujet:

Les explications sont ici succinctes :
Elles n’ont d’existences que pour amener les concepts à bon escient,
vous comprendrez mieux le tout en images.

Certains faits ne sont que calculs de ma part , comme, par exemple, les hauteurs ou l’état actuel des intérieurs.
On ne m’a pas encore invité à prendre mon mètre et me  rendre sur place pour voir réellement ce qui ne se voit pas du dehors, mais je ne  désespère pas .

 

  •  Les cardinaux :
    – Au Nord,
    il y a le froid et l’ombre en général, il y a le vieux port.
    Au nord , pas de panneaux solaire bien entendu mais des terrasses si elles reçoivent le soleil. Le projet choisi a des terrasses au Nord et pour bien faire un mur de deux mètres pour être sur de ne pas bronzer … cherchez l’erreur .

    – Au Sud,
    il y a les bassins des chalutiers, l’aquarium et toute l’exposition solaire, ce n’est pas un coté à masquer, il faut profiter de toute la lumière .
    Les inclinations des toitures, du shed donnent plein sud, elle peuvent recevoir des panneaux, entre autres.
    En architecture bioclimatique on aime particulièrement concevoir avec le sud, sous nos latitudes., c’est source de chaleur , mais pas que …
    – A l’Est ,
    il y a tout le quartier du Gabut , le « bâti50 » avec sa hauteur,
    et le « grand module », qui se confrontent avec les autres bâtiments,
    c’est la rue, c’est ville.
    – A l’Ouest ,
    il y a l’océan ,le grand Océan Atlantique, le soleil couchant et, le vent !
    Il peut être bon ami notre NOROÎT, comme il peut être dangereux.
    Utilisons le vent comme source d’énergie, mettons une éolienne verticale sur l’accès central.
    La façade Ouest est à protéger, mais gardons ce qu’il faut pour profiter des chaudes couleurs aquarelle du soir venu,
    quand ce n’est pas le grain noir qui passe détremper notre bon soir.
  • 1 )- je ne touche pas à la maison des notaires :
    Je l’aère, je lui laisse son tilleul, je la laisse dialoguer avec les autres maisons,
    elles ont beaucoup d’histoires à se raconter.
    Elle devient la « GUINGUETTE » l’espace de rencontre et de bavardage.
    Seul son intérieur sera refait, évidé et actualisé pour accueillir de belles discussions.
    s
  • 2 )- je place un élément central et essentiel :
    L’accès du public entre le bâti 50 et sa nouvelle extension et partout ailleurs, dans mon projet, le public a accès à tous les espaces.
    Cet élément contient les escaliers et l’ascenseur…
    Le centre d’Art est accessible par le centre, il est en verre et en bois pour affirmer toute transparence et, pour qu’il soit bien visible par toutes et par tous ,i
    l y a un passage entre les deux bâtis pour rester connecté au reste du quartier et ne pas lui tourner le dos.

  • 3 )- je garde la structure existante du bâti 50,
    autrement dit je garde les dalles et les poutres porteuses, ainsi que sa toiture; où je rendrai la charpente apparente, pour gagner en volume intérieur, et en charme.
     Les divisions se feront par les étages, mais je garde les espaces les plus grands possible et le plus modulaires possible.
    .
  • 4 )- je prolonge la toiture du bâti « 50 ».
    Pour créer la nouvelle extension,
     le tout aura la même hauteur (environ 12 mètres suivant mes calculs).Seule l’éolienne qui viendra au-dessus de l’ascenseur arrivera avec sa flèche à 14 m de haut. (seule la flèche dépassera le phare rouge ).

  • 5 )- la nouvelle structure, le module.
    Aura, en son coeur un grand espace de 320 M2 pour de 6m de haut,(il y a de quoi faire ), le reste est divisé avec un espace de coworking , deux espaces d’exposition, des toilettes et  un acceuil. Au rez-de-chaussée, dans la grande salle, une scène de forme ronde  est placée entre intérieur et extérieur pour pouvoir être utilisée dans les deux configurations.
  • 6 )- ces deux bâtiments reçoivent des terrasses.
    J’affirme donc le lien entre l’intérieur et l’extérieur,
    puisque les deux sont espaces public et art de rue.

    Je reprends aussi l’esthétique qui est en cours dans le quartier et ses alentours. De plus ,ces espaces permettent de calmer les hauteurs pour ne pas créer des blocs plus gros que ce qu’il y a  dans le quartier.
    Ces espaces sont la continuité externe des espaces d’exposition, de représentations. Ils sont accessibles au public et aux graffeurs
  • 7)- tous les murs ! Tous les murs du rez-de-chaussée sont à peindre.
    Sur l’extension, la première terrasse est aussi à peindre le deuxième aussi !
    Vive l’Art de la friche ! Le shed aussi ! .
    Seule la maison du notaire devra être préservée.
  • 8 )- le shed, reste en place , je garde tout ce qui peut être gardé :
    Les murs peints, 
    la structure rouillée qui sera renforcée , les éléments faibles changés.Seuls les murs Sud ( face à la maison des notaires) et mur Est ( qui donnent sur la cour) seront déconstruit.
    Une dent en moins! (et pas une de plus contre quiconque) , pour aérer la maison du notaire et élargir le passage pour le public .
    La moitié du shed accueillera le stockage de matériel , une partie deviendra préau et recevra la terrasse de la Guinguette, mais aussi des spectacles, et/ou des performances, des expositions …

  •  9 )- Le tout est ceinturé par un muret de 40 cm de haut.
    du même type exactement, que les murets du PAPI, avec les mêmes systèmes de batardeau.D’autres sont prévus pour l’entrée principale en verre et la maison des notaires, ainsi que les portes de service livraisons.

L’ avantage certain du système de muret est qu’il peut être rehaussé en cas de besoins. Ce système est exactement le même que le programme PAPI qui part de la station météo France jusqu’au vieux port.

  • 10 )- les structures existantes en béton resteront en béton.
    Les rez-de-chaussée seront en béton de faible granulositè, étanche ,parée pour submersion possible, et cela sur une hauteur comprise de 60 cm à 1 m ( je laisse là, les bureaux d’étude faire leur travail quant à la qualité du béton à choisir.
    A noter : J’ai récemment appris, que chaque année, à la base de la tour Saint Nicolas, étaient réalisés des recherches et tests, sur le béton.
  • 11 )- Les hauts des bâtis seront exécutés avec du métal du verre et du bois.
    pour alléger les structures, et garder une harmonie esthétique avec l’ensemble du quartier et ses  pourtours.
    ( voir le chapitre: la charte graphique )
    Je pense ne rien oublier, qu’en dites vous?On poursuit?

> les vues 3D

Pages en cours de relecture.
Merci pour votre indulgence.