La charte, la charte graphique

La charte graphique


La végétalisation :

vue d'une Mouette
vue d’une Mouette
  • On voit du ciel que le végétal est encore pauvre pour souligner la grâce de la Tour Saint Nicolas et de notre friche.
  • Je place donc la végétalisation en tout premier lieu,
    C’est un équilibre indispensable pour ce site.
    C’est aussi une continuité historique ( voir les photos anciennes et les arbres qui furent en nombres depuis le bastion du Gabut , en passant par la nouvelle allée Paul Virilio, à l’allée des Tamaris, jusqu’au Marais perdu. près de la station météo France ).

    vue depuis une montgolfière
    vue depuis une montgolfière
  • Nous sommes aux portes de l’atlantique dans une ville élue zéro carbone.
    Sachons que l’arbre est un allié certain pour nos villes en plein changement climatique.
  • Il faudra choisir des espèces thermophiles méditerranéennes mieux adaptées à ces changements comme le chêne vert, le Micocoulier, le Melia , l’Érable de Montpelier, mais aussi des Iris , du Thym, des rosiers.
    ( source : direction nature et paysage de La Rochelle )
  • Et pourquoi pas des arbres fruitier ?
  • Tout cela aide à notre bien-être,
    à  la biodiversité qui nous est nécessaire,
     qui nous est vitale.
  • Donc : Des teintes de vert, avec un océan de bleu ….

Les couleurs, les textures , les matériaux :

  • La friche du Gabut est un centre… Au centre.
    Il n’y a pas plus au centre vu qu’il est copain copain avec le vieux port et ses bassins , depuis bien longtemps.
    Travaux , réhabilitations et bien des édifices sont construits aux alentours,
    ils sont a respecter.

On peut, et au final on doit utiliser les teintes déjà présentes.

  • Dans l’idée de faire du centre d’art , une palette harmonieuse des couleurs, un mimétisme de texture environnante ,une homogénéisation dans l’utilisation des matériaux :
  • Le but n’est pas de faire un geste fort, mais de travailler avec harmonie avec l’environnement urbain existant …et à respecter.
  • La friche du Gabut est visible de partout et si on prend un peu de hauteur depuis le site nous voyons tous le centre-ville.Je liste l’essentiel

    De ce qui se voit et ce qui est bon, pour l’inspiration,
    dans la composition graphique du futur centre d’art :

–  La maison des douaniers :
Calcaire blanc, ardoise gris.
– La maison des notaires :
Calcaire blanc, ardoise gris.
– Les trois soeurs ( les tours) :
Calcaire blanc, bois et chaine fer de fonte.
   

– l’esplanade Saint-Jean d’Acre :
Calcaire blanc (et trop de goudron).
– Le vieux port :
Tons calcaires blancs avec bites fer de fonte , mobilier  tons rouilles,
RAL 3009 « oxydes rouges » pour les parties peintes.

Mats aluminium, acier inoxydable ponton bois( comme pour les autres bassins).

– Le square Valin :
Signalétique piste cyclable,
mobilier peint RAL 3009 « oxydes rouges »,
bites en  fer de fonte.

-Le quai du Gabut:
Tons calcaires et plaques de tôle rouillées , plancher bois.
et tout le quartier, bien coloré.
      

– Le quai George Simenon :
Tons calcaires, bites fer de fonte, ponton bois, traverse bois.
– Pourtour de la friche:
Bites et chaines en fer de fonte.
Esplanade avec différentes textures et tonalités de gravier calcaire.
– L’aquarium :
Bois métal verre et parement calcaire.
– L’esplanade du parking du vieux port sud :
Bois, métal, et verre.


– La médiathèque :
Jeu de reflet verre, mobilier métal, tons rouilles, élément bois.
– Tout le chantier PAPI :
Béton calcaire et ton fer de fonte et rouille avec élément bois.

bref

On peut résumer la palette à huit couleurs, huit matériaux :
Qui sont réellement utilisé uniformément dans le centre ville de La Rochelle,
Qui seront, donc par évidence,
utilisées dans l’architecture que je vous propose, raisonnablement.

 

 

>>> Les concepts architecturaux

Pages en cours de relecture.
Merci pour votre indulgence.